2017


ARLON

 

Saint-Martin finance un centre hospitalier

 

30/12/2017 à 06:00 - Jean-Claude FONCK - L'Avenir

 

Une partie de l’équipe de la paroisse Saint-Martin d’Arlon qui a mené à bien pendant une décennie ce beau projet humanitaire. ÉdA

 

La communauté de la paroisse Saint-Martin d’Arlon a financé un centre hospitalier à Lokolama en République démocratique du Congo.

 

C’est en 2007, à l’occasion du centenaire du début de la construction de l’église Saint-Martin, qu’est né, à l’instigation du doyen Jean-Marie Jadot, le projet de solidarité Partenariat Ibanga dont l’objectif était de construire un centre de Santé à Lokolama (RDC). Le choix du projet de la communauté Saint-Martin revient à Suzanne Ngipenge Waltener, congolaise d’origine.

 

Dès 2007, un petit groupe de la communauté Saint-Martin d’Arlon (en plus du doyen, on retrouve Christiane et Henri Bosseler, Suzanne Waltener, Suzanne Wiame, Marie-Thérèse et Guy Cimino, François Neu, Daïna, Jean-Michel Dupas) se met au travail. Dès 2009, quatre membres du groupe se sont rendus, à leurs frais, à Lokolama pour prendre contact avec les autorités religieuses de Kinshasa et d’Inongo et choisir le lieu d’implantation du futur centre de Santé.

 

Henri Bosseler qui a encadré l’équipe précise que «lors de ce déplacement, il a été découvert que plus de 800 enfants ne pouvaient, fréquenter l’école, leurs parents ne disposant pas des moyens de payer le minerval, qui s’élève à 1,5 à 2€ par an. Il a été immédiatement mis fin à cette situation et depuis lors, tous les enfants de Lokolama vont à l’école grâce à un versement des Arlonais au curé de la paroisse Saint-Léon.»

 

Compétentes mais sans moyens

 

Le groupe du chef-lieu a pu se rendre compte dans quelles conditions misérables les soins étaient distribués à la population de Lokolama, certes par des infirmières compétentes mais dépourvues de moyens. Pour assurer le transport des matériaux nécessaires à la construction du centre, il a été nécessaire d’acquérir une baleinière. Cette dernière permet aussi de désenclaver partiellement cette région isolée.

 

En janvier 2013, une convention a été signée entre Partenariat Ibanga et Mgr Philippe Nkiere Kena, évêque d’Inongo. Cette convention portait sur l’engagement, par le diocèse d’Inongo, de faire construire un centre de Santé à Lokolama et par Partenariat Ibanga de mettre à sa disposition 75 000€ pour la construction sur un terrain de l’évêché.

 

La construction a débuté en 2014 sous la direction de Suzanne Ngipenge, qui s’est rendue sur place durant 6 mois, aidée par un ingénieur congolais. Suzanne Walterner y est retournée durant plusieurs mois en 2016 pour l’achèvement de la construction, et la réception de tout le matériel médical et hospitalier fourni gracieusement par le CHL de Luxembourg et une ASBL grand-ducale.

 

L’inauguration du centre de Santé, devenu centre Hospitalier, baptisé Manteau partagé, s’est déroulée dans la joie.

 

Henri Bosseler conclut en indiquant que «toute la construction a été assurée par des bénévoles. Finalement, le coût total s’élève à environ 185 000€. Tout ce qui a été réalisé à Lokolama l’a été grâce à la générosité des paroissiens et amis de Saint-Martin. Il n’y a pas eu la moindre intervention des pouvoirs publics ou d’une ONG.

 

Ce centre Hospitalier qui sauve tous les jours des vies humaines est donc celui des Arlonais. Et franchement, ils peuvent en être très fiers.»


Vie du diocèse 4/1/2017

 

Retraite précipitée pour l'abbé Jean-Marie Jadot, doyen d'Arlon

 

L'abbé Jean-Marie Jadot a le coeur lourd, très lourd. La retraite, il y pensait mais pour dans quelques années. A 68 ans, cela lui laissait le temps de s'y préparer en réduisant, pourquoi pas, ses activités. Une santé défaillante le pousse à précipiter sa décision. D'ici quelques jours, il va cesser ses activités de doyen et arrêter toutes les fonctions à responsabilités. Mgr Vancottem lui a proposé de continuer à exercer son ministère en allégeant sa tâche. Il devient ainsi prêtre-auxiliaire mais reste toujours à Saint-Martin à Arlon, une paroisse qui lui est si chère.

 

Ici et là quelques caisses à l'intérieur desquelles s'entassent les souvenirs d'une vie. ''Je vais me débarrasser des 9/10e de mes affaires, c'est la vie. Mais, c'est dur de quitter.'' L'abbé Jean-Marie Jadot réussit à retenir les larmes qui brouillent son regard. Une émotion qui l'étreindra à plusieurs reprises lors de cette rencontre.
Chez un prêtre qui compte quarante-quatre années de vie sacerdotale les souvenirs tout comme les images se bousculent. Difficile donc d'en épingler un plutôt qu'un autre. Quarante-quatre années de prêtrise mais dans sa tête comme dans son coeur, l'envie de devenir prêtre est née alors qu'il était encore un tout jeune enfant et qu'il vivait, avec sa famille, à Aubange. ''J'ai été élevé dans une famille de chrétiens convaincus et ouverts. Je n'ai jamais entendu mon père porter un jugement sur quelqu'un.'' ponctue l'abbé Jadot.
Ouvert, ouverture ou encore ouvrir voilà bien des termes qui ont et qui continuent à faire partie non seulement du vocabulaire mais bien plus, de la manière d'être du doyen d'Arlon. ''Le ministère a évolué. Le prêtre ne peut pas rêver au passé. Il doit avoir le coeur ouvert à la réalité d'aujourd'hui et surtout ne pas fermer les portes. Nous devons apprendre à vivre ensemble. Le rôle du chrétien est d'apporter des valeurs, ses valeurs. Cela ne peut se faire que dans l'écoute et le dialogue. Le message du Christ est un message d'ouverture. Le défi des paroisses est de garder la tradition tout en s'ouvrant à la nouveauté.'' Un message que, comme doyen, il n'a bien sûr pas hésité à partager avec les prêtres et les vicaires du doyenné. ''Etre doyen, c'est encore fédérer les prêtres, travailler ensemble en réfléchissant à une pastorale à mener.'' Un travail pastoral à mener en tenant compte du peu de vocations. ''Nous avons la chance d'avoir des prêtres venus d'ailleurs. Il faut savoir les accueillir.''

Saint-Martin, une communauté unie
Pasteur de la paroisse Saint-Martin depuis 25 ans, l'abbé Jadot est passé par Ciney ou encore Gembloux. Et à chaque fois, il a su s'entourer, fédérer. ''Nous avons 200 bénévoles. J'aime donner des responsabilités aux gens, leur faire confiance.'' L'abbé Jadot est ému de voir autant de laïcs se mobiliser pour la catéchèse. ''Nous comptons 50 catéchistes.'' Une communauté qui joue encore la carte de la jeunesse et c'est là une autre fierté du doyen. ''Au moment du Notre-Père, il peut y avoir 40-50 enfants qui se donnent la main autour de l'autel. Ce sont de jeunes parents qui, chaque dimanche, animent la liturgie pour les plus jeunes: les enfants aiment ça et les parents aussi! '' Des laïcs investis également dans le secteur social avec les permanences pour la Saint Vincent de Paul, la gestion de salles paroissiales ou encore du domaine de Clairefontaine...
Preuve si c'était encore nécessaire que les Arlonais ont grand coeur, la mobilisation autour du projet Ibanga. Grâce à la générosité des Arlonais, un centre de santé a pu être aménagé dans la localité de Lokolama, en RDC. Une fois par mois, le montant de la collecte allait à Ibanga tout comme les collectes lors des mariages. A l'occasion du centenaire de l'église Saint-Martin, un appel à la solidarité a été lancé pour finaliser l'installation de ce centre de santé où les femmes peuvent accoucher, où des opérations sont pratiquées... Des Arlonais qui ont aussi pu soutenir, toujours lors de ce centenaire, un projet culturel, cette fois. Il s'agit de la réalisation d'un superbe vitrail qui colorera la façade principale de l'édifice.
En énumérant ces souvenirs, on sent l'abbé Jean-Marie Jadot bouleversé. Emotion qui va encore croissant en évoquant la communauté de Saint-Martin si présente, si chaleureuse.... ''Après la messe dominicale, il n'est pas rare de voir les gens se retrouver dans le fond de l'église. Ils peuvent y rester de longues minutes juste pour se parler. C'est beau.''

L'ouverture aux autres
Ouverture encore à tous qu'importe la religion, une autre caractéristique du curé-doyen. ''Quand je rentre d'avoir célébré la messe de minuit, le premier message me souhaitant un joyeux Noël est celui du responsable de la communauté musulmane. Cela me touche le coeur.'' Une ouverture entre les différentes religions à laquelle l'abbé Jadot a apporté sa pierre. ''Quand je suis arrivé le dialogue existait déjà avec les Luthériens et la communauté juive. La porte s'est ouverte à d'autres lors de la fête nationale, par exemple. Il faut garder le dialogue entre les communautés. La communauté musulmane a récolté de l'argent pour la restauration de la synagogue. Je suis heureux d'avoir participé à mettre cela en place.'' Une richesse? ''Je ne sais pas pas mais tant mieux si on arrive à faire les choses ensemble.''
Impossible de faire l'impasse sur les années qui ont précédé Arlon. Une fois ordonné, il est nommé vicaire à Ciney où il restera durant douze ans. ''J'y ai vécu des moments fabuleux...'' Un vicaire actif notamment comme aumônier des patros, des scouts. Il est encore chargé, à cette époque, d'animer, avec les jeunes, des groupes de réflexions. ''Aujourd'hui, beaucoup de mouvements de jeunesse prennent de la distance avec l'Eglise. A Arlon, environ 2000 jeunes font partie de ces mouvements. Au début, les troupes démarraient leur journée en assistant à la messe. Actuellement, elle ne sont plus que quelques unes à participer à l'eucharistie. Je ne suis plus en âge de réfléchir sur ce point.''
Les jeunes ne sont pas les seuls à chercher à enrichir, à approfondir leur foi. L'abbé Jadot garde un souvenir ému des soirées de Carême organisées dans les quartiers de Ciney. ''Nous avons eu jusqu'à 24 groupes différents....'' raconte-t-il dans un large sourire.
Ciney qu'il quittera pour s'investir, à la demande de Mgr Mathen, alors évêque du diocèse dans le Mouvement pour un Monde Meilleur. Un mouvement présent dans le monde entier et qui a vu le jour suite à Vatican II. Le diocèse vit ces changements c'est encore le moment de l'Assemblée diocésaine de Nassogne. Il s'agit de réfléchir puis de mettre en place des projets pastoraux. Des fonctions qui vont mener l'abbé Jadot à multiplier les contacts avec les paroisses du diocèse mais pas uniquement. Toujours pour ce Mouvement pour un Monde Meilleur, où il est investi à temps plein, il voyagera beaucoup. L'Italie (Rome), la Suisse, le Canada (Montréal) ... autant de lieux où il participe à des colloques, rencontre des prêtres, des laïcs qui vivent pleinement ce virage dans la vie de l'Eglise. Un ministère au cours duquel l'abbé Jadot sera encore, à deux reprises, vicaire épiscopal.

Et demain?
Nostalgique l'abbé Jadot? Sans doute. Mais surtout déçu, d'une manière générale, que tant de personnes puissent passer à côté d'autant d'amour. ''Il n'y a plus beaucoup de références spirituelles dans la société alors qu'elles peuvent améliorer l'humanité . Le christianisme est fabuleux avec ce lien d'amour que Dieu a pour les autres.''
Une rencontre qui ne pouvait que se terminer que dans l'église Saint-Martin où il a déjà passé tant de beaux moments. Il pousse la porte et embrasse du regard tout l'édifice. ''J'aime bien cette église. C'est important que le lieu soit beau.'' Un hommage rendu à Rita et Olga, les deux sacristines qui ne ménagent pas leurs efforts pour rendre ce lieu accueillant.
Un lieu qui saura vibrer pour rendre hommage à son curé-doyen. Il passe ainsi le flambeau à l'abbé Wenceslas Mungimur. Dans la revue Carillons de Lorraine, l'abbé Jadot écrit: ''C'est avec un pincement au coeur que j'ai remis mon tablier de curé-doyen mais avec un grand soulagement et une grande sérénité sachant qui prend le relais.'' Une revue dans laquelle il s'adresse encore à ses paroissiens: ''C'est avec joie que je vais essayer de continuer à rendre service et à partager toute la chaleur humaine de la communauté arlonaise si chère à mon coeur! La convivialité, la fraternité, le dynamisme de beaucoup dans des services tellement divers mais aussi ''le vivre ensemble ont été pour moi -et le restent encore- des moments de bonheur et une source d'espérance! Quelle joie de voir l'Evangile vécu, exprimé dans la vie!'' Et de terminer ''A tous une très belle année nouvelle... toujours à réfléchir, à prier, à vivre et à actualiser ensemble!'' Ce qui a conduit, conduit et conduira encore l'abbé Jadot dans son ministère.
Christine Bolinne

 


2016

http://evecheinongo.blogspot.be/2016/11/le-centre-de-sante-de-lokolama-inaugure.html

 

mardi 15 novembre 2016

 

Le centre de santé de Lokolama inauguré

Le centre de santé Manteau partagé : fruit du partenariat Ibanga entre les paroisses Saint-Léon de Lokolama et la Paroisse Saint-Martin d'Arlon (Belgique)

Ce projet avait comme but d’aider à la construction d’un centre de santé à Lokolama. Suzanne Waltener Ngipenge, originaire de Lokolama, fort marquée la misère de la population et l’absence d’eau potable avec les graves problèmes sanitaires que cela engendre cherchait comment faire quelque chose pour cette population.

 

Ce même souci a aussi animé la Paroisse St Martin d'Arlon (Belgique) avec qui elle a partagé ce problème. Un partenariat « Ibanga » a été conclu entre saint Martin et Saint Léon de Lokolama. Il fallait entre autre construire un centre de santé à Lokolama: celui-ci comprendrait des salles de consultation, des salles des soins ambulatoires, d’observation, aussi une maternité avec salle d’accouchement ainsi qu’un centre social pour les filles mères.

 

Un comité sous la houlette d’Henri Bosseler a suivi ce projet avec beaucoup de déterminations mais aussi de patience, en coordination avec l’évêque d’Inongo, Mgr Philippe NKIERE Kena. Après des années de travaux (pour qui connait nos réalités, il n'est pas facile d'acheminer les matériaux de construction de Kinshasa à Lokolama situé à 1000 km), ce joli centre a été inauguré à Lokolama en présence de Mr et Mme Waltener, de l’abbé Floribert Ikamoton , curé de Lokolama et représentant de Mgr l’évêque, de l'abbé Théo Bubo vicaire paroissial ainsi que de toutes les autorités administratives, sanitaires et coutumières de la zone.

 

Ce fut un jour de joie et de reconnaissance envers la paroisse St Martin d'Arlon qui a fait que ce rêve devienne une réalité La coupure du ruban: Suzanne a pris par la parole pour expliquer l’historique et le pourquoi du projet Suzanne a fait le déplacement de la Belgique jusqu'à Lokolama avec son mari Centre de santé de Lokolama le médecin du centre En fervente chrétienne catholique, Suzanne a participé aux messes dans un élan d'action de grâce ensemble avec toute la population de Lokolama le chef coutumier de la zone de Lokolama ne pouvait pas manquer.

 

Le service du protocole le jour de l'inauguration du centre Le premier bébé né à la maternité du centre.

 

Les chrétiens de Saint Martin d'Arlon peuvent être heureux et fiers, et ceux du diocèse d'Inongo et de Lokolama, en particulier reconnaissants.

 

Félicitations et merci aux chrétiens de Saint Martin d'Arlon pour l'élan de générosité et de solidarité. Et surtout pour la détermination et la longue patience manifestée durant la réalisation des travaux.

 

Merci pour le "manteau partagé".

Merci à Mr et Mme Waltener.

Merci à tous.


http://acpcongo.com/acp/les-chretiens-de-la-paroisse-st-martin-darlon-belgique-au-secours-des-paroissiens-de-lokolomardc/

 

Les chrétiens de la paroisse St Martin d’Arlon (Belgique) au secours des paroissiens de Lokoloma(RDC)

 

— 9 août 2016 comments off

 

Kinshasa, 09 août 2016 (ACP).- Le centre de santé de Lokolama, dans la province de Maindombe, est devenu opérationnel avec la fin des travaux de construction du bâtiment devant abriter ses services.

 

Selon les voyageurs en provenance de cette province, le centre a été construit grâce au partenariat avec la paroisse St Martin d’Arlon, en Belgique, dont les chrétiens se sont cotisés sous forme des quêtes dominicales en vue de réaliser cette œuvre.

 

Mme  Suzanne Waltener Ngipenge qui fait partie de ‘’Association Partenariat Ibanga’’, s’est rendue pendant trois mois à Lokolama pour le lancement des travaux débutés en juin 2013.

 

Les chrétiens d’Arlon se sont également illustrés, par le passé, par un autre geste de générosité en offrant à Lokolama une baleinière de 24 mètres, équipée de deux moteurs, pour désenclaver cette contrée riveraine ainsi que des personnes habitant le long de la rivière Lokoro.ACP/Mat/Wet

 


http://evecheinongo.blogspot.be/2016/08/le-centre-de-sante-de-lokolama-pret.html

 

jeudi 4 août 2016

 

LE CENTRE DE SANTE DE LOKOLAMA : PRET

 

Nos lecteurs se rappellent du PARTENARIAT IBANGA, qui lie la Paroisse Saint-Léon de Lokolama et la Paroisse Saint-Martin d'Arlon (Belgique). Grace à ce partenariat, la paroisse de Lokolama a bénéficié de l'aménagement de cinq émergences d'eau et plusieurs élèves ont pu poursuivre leur parcours scolaire car leurs frais de scolarité ont été pris en charge. Il y a quelques années, la même paroisse St Martin d'Arlon a pu offrir au diocèse d'Inongo une embarcation neuve de 24 mètres, entièrement équipée (avec notamment deux moteurs hors-bord, l'un de 25 CV et l'autre de 15 CV).

 

Cette embarcation ' HB St Martin-Arlon' sert (selon la convention signée) en priorité, aux besoins de la population de Lokolama et des personnes vivant le long de la rivière Lokoro) pour la désenclaver et lui permettre de se rendre plus facilement sur le lac Mai-Ndombe et assurer le transport de ses marchandises acquises et vendues. Un autre projet issu de ce partenariat est celui de la construction d'un centre de santé.

 

Les travaux ont débuté en juin 2013. Madame Suzanne Waltener NGIPENGE (Suzy) qui fait partie de l’Association Partenariat Ibanga, s’est rendue en R.D.Congo durant trois mois, d’avril à juillet 2013 pour le début des travaux. . Et elle s'y est rendue à plusieurs reprises pour le suivi. (Pour qui connait nos réalités, il n'est pas facile d'acheminer les matériaux de construction de Kinshasa à Lokolama situé à 1000 km). Aujourd'hui, le centre de santé est construit. Mr et Mme Waltener ont du faire le voyage pour l'inauguration.

 

Les chrétiens de Saint Martin d'Arlon peuvent être heureux et fiers, et ceux du diocèse d'Inongo et de Lokolama, en particulier reconnaissants.

 

Félicitations et merci aux chrétiens de Saint Martin d'Arlon pour l'élan de générosité et de solidarité. Et surtout pour la détermination et la longue patience manifestée durant la réalisation des travaux. Merci pour le "manteau partagé"

 


2014


http://evecheinongo.blogspot.be/2014/02/lokolama.html

 

mercredi 19 février 2014

 

Partenariat Ibanga, un projet paroissial de solidarité avec le diocèse d’Inongo ( RdCongo)

 

La construction d’un centre de santé de Lokolama, entièrement financé par les paroisses et Amis de Saint Martin d’Arlon (Belgique) a commencé en Juin 2013. Les photos ci-dessous montrent l’état d’avancement de la construction en Septembre 2103. La plus grande partie des matériaux de construction (800 sacs de ciment, 5 tonnes de barres de fer, 800 mètres carré de carrelages, 159 panneaux de bois rouge, 2 groupes électrogènes, un tir fort, les tôles pour la toiture, etc..) a été acquise à Kinshasa et transportés à Lokolama par la baleinière St Martin- Arlon offerte en 2012. Les travaux sont exécutés sous la direction d’un ingénieur congolais, Mr Mpengo qui durant deux mois, a été assisté par la déléguée arlonaise, Madame Suzanne Waltener- Ngipenge

 


2013


http://evecheinongo.blogspot.be/2013/09/la-construction-du-centre-de-sante-de.html

 

lundi 16 septembre 2013

 

La construction du Centre de Santé de Lokolama en marche

 

Annoncé le vendredi 29 mai 2009 et le lundi 03 septembre 2012 dans ce site diocésain, le projet de la construction du Centre de Santé de Lokolama est en pleine réalisation.

En effet, Madame Suzanne Waltener NGIPENGE qui fait partie de l’Association Partenariat Ibanga, s’est rendue en R.D.Congo durant trois mois, d’avril à juillet 2013. A Kinshasa surtout et un peu à Nioki, elle a acheté les matériaux pour la construction de ce centre et a pris soin de les embarquer- bien sûr- dans la baleinière HB Saint-Martin d’Arlon, réalisation du partenariat Ibanga en 2012, et dans le bateau Totaka du Diocèse d’Inongo. Après quoi, elle s’est rendue à Lokolama avec Monsieur Zéphyrin Mpengo, l’ingénieur chargé de diriger les travaux de construction du centre de santé. En juin 2013, les travaux de construction du Centre de Santé ont commencé. L’ingénieur prévoit d'initier les travaux de la toiture vers fin septembre. Au nom de Jean-Marie Jadot, doyen de Saint-Martin et Vicaire épiscopal du diocèse de Namur-Luxembourg, du comité restreint du Partenariat Ibanga, et de la population de Lokolama, que tous les donateurs (les paroissiens et amis de Saint-Martin) qui ont contribué et continuent à contribuer à la réalisation de ce rêve soient honorés et remerciés. Pour faire fonctionner ce centre de santé après la construction du bâtiment, il restera à l’équiper en mobilier, en appareillages, en médicaments, sans oublier le coût du transport pour les acheminer jusqu’à Lokolama, etc.


2012



www.eglisesouvertes.be/uploads/agenda%202012/6700%20Martin%20Arlon.pdf

 

"BONTE DIVINE"
La très belle pièce de Louis-Michel COLLA et Frédéric LENOIR - directeur du "Monde des Religions",
philosophe et écrivain bien connu - "BONTE DIVINE" qui, à Paris, au théâtre Gaîté-Montparnasse, a
remporté un énorme succès (jouée notamment par Roland GIRAUD), sera présentée à Arlon, en
l'église Saint-Martin, les 19, 20 et 21 avril prochains à 20 h 30.
Cette pièce aborde avec beaucoup d'humour les grands thèmes que sont la foi, le doute et les
diverses religions théistes ou non. Elle commence dans une atmosphère quelque peu "boulevard" mais
l'intensité dramatique va crescendo jusqu'à un moment de grande tension. La fraternité triomphe en
fin de spectacle.
Cette pièce, à la fois drôle et incitant à la réflexion, s'inscrit très bien dans la tradition oecuménique de
la paroisse Saint-Martin où les différents cultes et la laïcité se retrouvent à l'occasion de la Fête
Nationale et de la Fête du Roi.
La pièce met en scène un rabbin (Jean-Claude JACOB), un imam (Bernard WALTZING), un moine
bouddhiste (Hugues DELACROIX) et un prêtre catholique (Henri BOSSELER). L'excellente chorale de
Saint-Martin prête également son concours à cette réalisation.
Le très beau décor est de Madeleine et Jean DESSOY. Robert ROANNE, du Théâtre des Galeries,
assure la mise en scène.
Les places, numérotées, sont à réserver à l'Office du Tourisme, 2, rue des Faubourgs à
Arlon (15 et 12 euros et 8 euros pour les étudiants).
Le bénéfice de ces représentations soutiendra la création d'un nouveau vitrail à Saint-Martin (au
dessus du porche d'entrée) et le projet de construction d'un centre de santé à Lokolama (province de
Bandundu en République démocratique du Congo).
Ne manquez ce spectacle sous aucun prétexte, vous passerez
une "soirée divine".


2009


ARLON

 

Un centre de santé pour Lokolama

 

28/05/2009 à 10:00 - Interview : Jean-Claude FONCK - L'Avenir Luxembourg

 

Saint-Martin a comme projet d'aider à la construction d'un centre de santé à Lokolama, au Congo. Rencontre avec le doyen Jadot et l'évêque d'Inongo.

 

Jean-Marie Jadot, vous êtes doyen de la paroisse Saint-Martin d'Arlon, pourquoi un projet solidaire avec Ibanga ? Suzanne Waltener Ngipenge, originaire de Lokolama est retournée dans son pays il y a 3 ans pour un séjour familial. Elle en est rentrée très marquée. La misère de la population, l'absence d'eau potable avec les graves problèmes sanitaires que cela engendre. Elle a ainsi décidé de faire quelque chose pour cette population : aménager cinq points d'eau pour améliorer la qualité d'eau et travailler pour reculer la pauvreté et la misère.

 

Ce même souci a aussi animé notre paroisse Saint Martin avec qui elle a partagé ce souci. Un partenariat « Ibanga » a été conclu entre Saint-Martin et Saint Léon Lokolama .

 

Dans la foulée, vous avez à présent un second projet d'aide pour le village de Lokolama ?Dans le cadre du centenaire de notre église, nous avons décidé de concrétiser deux projets, l'un culturel avec la rénovation du vitrail surplombant le parvis, le second humanitaire, avec la construction d'un centre de santé à Lokolama.

 

Celui-ci comprendra des salles de consultation, des salles de soins ambulatoires, d'observation, mais aussi une maternité avec salle d'accouchement ainsi qu'un centre social pour les filles mères.

 

Que va coûter ce projet et comment allez-vous le financer ?Le budget est d'environ 50 000 €. Toutes les collectes de mariage, dons privés, bénéfices de repas seront affectés à parts égales à ces deux projets. Un comité sous la houlette d'Henri Bosseler suit ce projet, une équipe de la paroisse se rendra, à ses frais, l'automne prochain à Lokolama pour examiner, en coordination avec l'évêque d'Inongo, Mgr Philippe Nkiere Kena, les modalités pratiques de réalisation de projet.Mgr Philippe Nkiere Kena, vous êtes de passage à Arlon, mais qui êtes-vous ?Je suis missionnaire De Scheut, évêque depuis 1992, j'ai séjourné quatre ans à Bruxelles, Namur... J'ai vécu à Rome, au conseil général de ma congrégation. Conseil que j'ai quitté pour aller vivre 6 ans avec les enfants de la rue à Kinshasa. J'ai été 13 ans évêque dans le Nord-Est du Congo à Bondo et je suis à présent de retour dans ma région d'origine.

 

Quelle est la situation vécue au quotidien dans votre diocèse ?Mon diocèse a une superficie de quelque 100 000 km, pour vous faire une idée, c'est trois fois votre pays pour une population d'un million d'habitants. Il y a 21 paroisses, c'est peu par rapport à la superficie. Les problèmes de communication sont donc difficiles.

 

Côté nourriture, la population ne manque de rien. nous avons les fruits, le poisson en suffisance. Par contre, on manque cruellement de structures sanitaires valables. D'où toute l'importance du projet soutenu par les paroissiens de votre chef-lieu.

 


2007


Partenariat Ibanga

Des nouvelles du projet  de solidarité avec Lokolama au Congo

 

C'est en 2007, à l'occasion du centenaire du début de la construction de notre église Saint-Martin, qu'est né, à l'instigation de notre Doyen Jean-Marie JADOT, le projet de solidarité "PARTENARIAT IBANGA" dont l'objectif était de construire un Centre de Santé à Lokolama. Lokolama se trouve en pleine forêt tropicale de la République démocratique du Congo, dans l'actuelle province de Mai-Ndombe, province dont le chef-lieu est Inongo sur le lac Léopold II.

Le secteur de Lokolama se compose de 113 villages dispersés dans la forêt. Il compte environ 20.000 habitants dont 15.000 dans le village de Lokolama.

L'accès à Lokolama est très difficile car il n'y a ni route ni chemin de fer. On peut y aller en avion (Cesna de 5 places) ou en pirogue sur la rivière Lokoro.

Le choix du projet revient à Suzanne NGIPENGE, épouse d'Albert WALTENER, congolaise d'origine.

Dès 2007 un petit groupe se met au travail. Première réalisation, le financement de l'amélioration de cinq sources d'eau (8.250,00 €).

En octobre 2009, 4 membres du groupe se sont rendus, sans frais pour la caisse, à Lokolama pour prendre contact sur place avec les autorités religieuses de Kinshasa et d'Inongo et pour découvrir le village de Lokolama et choisir le lieu d'implantation du Centre de Santé.

Lors de ce déplacement, il a été découvert que plus de 800 enfants ne pouvaient, fréquenter l'école, leurs parents ne disposant pas des moyens de payer le minerval (1,5 à 2 euros par an !) Il a été immédiatement mis fin à cette situation et depuis lors, et chaque année, tous les enfants de Lokolama vont à l'école soit primaire, soit secondaire, grâce au versement au curé de la paroisse Saint-Léon d'une somme d'environ 2.300,00 €.

Le groupe a pu se rendre compte dans quelles conditions misérables les soins étaient distribués à la population de Lokolama, par des infirmières compétentes mais dépourvues de moyens.

Pour assurer le transport des matériaux nécessaires à la construction depuis Kinshasa (1.700 kms par voies d'eau) il a été nécessaire d'acquérir, en 2012, une baleinière d'environ 20 mètres de long munie de deux moteurs (coût 18.500,00 €)

Cette baleinière est miraculeuse car elle permet aussi de désenclaver partiellement cette région isolée.

Le 28 janvier 2013, une convention a été signée entre "PARTENARIAT IBANGA" et Monseigneur Philippe NKIERE KENA, Evêque d'Inongo. Cette convention portait l'engagement par le diocèse d'Inongo de faire construire un Centre de Santé à Lokolama et par "PARTENARIAT IBANGA" de mettre à sa disposition 75.000,00 € pour la construction sur un terrain de l'Evêché.

Des plans ont été élaborés et finalement la construction a commencé au début de 2014 sous la haute direction de Suzanne NGIPENGE,qui s'est rendue sur place durant 6 mois, et d'un ingénieur congolais Monsieur MPENGO.

Suzanne WALTENER est retournée avec son mari à Lokolama durant plusieurs mois en 2016 pour l'achèvement de la construction, let a réception de tout le matériel médical et hospitalier fourni gracieusement par le CHL de Luxembourg et une asbl grand-ducale.

L'inauguration du Centre de Santé, devenu Centre Hospitalier (les voies du Seigneur sont impénétrables !) s'est déroulée dans la joie générale, le 24 septembre 2016. Depuis un an, ce centre fonctionne admirablement. En mai 2017 par exemple, il y a eu 105 consultations externes, 3 accouchements, 26 interventions chirurgicales, 267 examens de laboratoire et 38 hospitalisations.

Toute la construction a été assurée par des bénévoles. Finalement le coût total s'élève à environ 185.000,00€

Tout ce qui a été réalisé à Lokolama l'a été grâce à la générosité des paroissiens et amis de Saint-Martin. Il n'y a pas eu la moindre intervention des pouvoirs publics ou d'une ONG. Disons aussi que pas un euro n'a été perdu en chemin !

Ce Centre Hospitalier qui sauve tous les jours des vies humaines est donc le vôtre . VOUS POUVEZ EN ETRE FIERS.

Il deviendrait parfait s'il pouvait encore être équipé d'une couveuse et de panneaux photovoltaïques pour en assurer le fonctionnement !