Très chers paroissiens et amis de Saint Martin, c’est encore avec un cœur plein de reconnaissance et de joie que je prends la parole devant vous.

Du 24 septembre 2016 au 24 septembre 2017, voilà un an que le C.H Manteau Partagé de Lokolama est opérationnel pour soigner et sauver des nombreuses vies humaines.

 

 

 

Ce sont des fruits de l'initiative prise, il y a 10 ans maintenant, par notre très cher doyen Jean Marie Jadot et l'aboutissement heureux de votre solidarité et générosité. Voilà une œuvre précieuse qui marque à jamais le centenaire de notre église Saint Martin d'Arlon.

 

 

 

Le dimanche 24 septembre dernier, a été célébrée à l'église de Lokolama une messe d'action de grâce à l'occasion du 1er anniversaire de l'ouverture du Centre Hospitalier Manteau Partagé et en l'honneur de vous très chers donateur.

 

 

 

A l'occasion du 1er anniversaire, le coordinateur des soins nous a envoyé le rapport annuel de tous les soins et examens effectués. Il s'agit de:

 

- 1.174 malades en Consultation externe,

 

- 33 naissances Eutocique, 2 naissances prématurées, et 10 par césariennes

 

- 154 cas opératoires,

 

- 2.316 cas d'hospitalisation

 

- 1.736 différents cas d'examens en laboratoire.

 

 

 

Très chers paroissiens et amis, au-delà de ces chiffres, chacune et chacun de vous a contribué à sauver au moins une vie humaine. Car grâce à vos dons que ce C.H a été construit et aménagé. Ce Centre Hospitalier est considéré comme une œuvre inestimable et inoubliable dans les cœurs et aux yeux de la population  de Lokolama. On a saura assez le dire, c'est l'aboutissement heureux de l'initiative du Doyen Jean-Marie, de votre amour, votre solidarité et générosité à l’égard des personnes que vous ne connaissez même pas et qui se trouvent à des milliers des kilomètres au fond de l’Afrique centrale en R.D.C. Oui, voilà la preuve que l'amour n'a pas de frontière.

 

 

 

Permettez-moi de vous donner un exemple très frappant. Du mois de février jusqu'au mois de mars 2017, une épidémie de malaria avait frappé la population de Lokolama et les villages environnants. Beaucoup de victimes étaient des bébés et des petits enfants avec des complications graves. Tous ces enfants malades faisaient des fortes fièvres de 39° à 40° avec des complications grave comme des convulsions suivies de déshydratation jusqu'à l'anémie. Tous ces malades y compris des villages environnants venaient se soigner au C.H. Manteau Partagé. La concession du C.H. qui fait 2.850m2 était envahie. Toutes les chambres des malades étaient remplies et occupées au point où les infirmiers étaient dans l'obligation de mettre par lit deux enfants pour qu'ils puissent leur donner des soins d'urgence. Les familles de ces enfants malades ont consacré assez de leur temps à prier avec des larmes à l'intention tous les donateurs qui ont contribué à la construction de l'Hôpital comme eux-mêmes aiment bien l’appeler.

 

 

 

Grâce à Dieu et à la prise en charge immédiate des malades avec des soins appropriés, les infirmiers n'ont enregistré aucun décès parmi les malades hospitalisé et en ambulatoire. Grâce à vous, le vent a changé de direction, car Lokolama accueille maintenant les autres villages lointains pour dispenser des soins de qualité. Chose qui était inimaginable il y a quelques années.

 

En tenant compte des rapports positifs de C.H. et des nombreuses vies sauvées, nous envisageons d'équiper la salle d'accouchement d'une couveuse pour des naissances prématurées et aussi équiper le C.H. d'une alimentation des panneaux solaires parce que l'alimentation par groupe électrogène qu'ils ont pour le moment ne fonctionne que s'ils ont du carburant. Malheureusement la station de carburant la plus proche est à Inongo à plus de 600 kilomètre de Lokolama. Ce qui complique un peu le travail des infirmiers surtout la nuit.

 

 

 

Dans un tout autre domaine, Nous continuions à soutenir la scolarité des enfants de primaire dont les parents éprouvent des difficultés pour payer les minervals. Et à récolter des dons didactiques pour soulagé les écoles qui souffrent de manque de manuels scolaires.

 

 

 

C'est pourquoi, je viens encore auprès de vous pour vous inviter à ne pas encore baisser les bras et donc à continuer à soutenir cette œuvre qui sauve des vies.

 

 

 

Pour terminer, je vous avoue sincèrement que les mots justes et exacts me manquent pour exprimer la profonde reconnaissance que vous méritez de la part de la population de Lokolama qui vous portent dans leurs cœurs et leurs prières et aussi de ma part, surtout pour la confiance faite. Merci infiniment. Que ces biens réalisés en faveur de la population de Lokolama soient pour vous et vos chères familles une source d'abondantes grâces et bénédictions.

 

Suzanne Ngipenge Waltener